dimanche 30 mai 2010

30 mai 2010 : 1 an de mariage !! retour sur l'éco-conception de cette journée

Certes, sur le papier, faire venir de nombreuses personnes de toute la France vers un même endroit pour un week-end et consommer un bon repas et beaucoup de choses "que pour une journée", c'est n'est pas vraiment écolo !

Cependant, il serait tout de même dommage de ne pas se marier du tout par simple conscience écolo... Alors, pour cet événement incontournable, nous avons essayé de faire notre maximum pour réduire l'impact environnemental de notre journée. 


Faire parts et remerciements : nous avons opté pour du papier recyclé (pour le faire part et les enveloppes), utilisant le moins d'encre possible avec une conception avec un minimum d'à-plats de couleurs. Pour imprimer les faire-parts d'invitation, nous avons choisi une imprimante avec cartouches séparées, permettant de ne changer que la couleur utilisée. Le format du faire-part a également été choisi pour n'avoir aucune perte de papier : 2 faire-parts par page A4. Et impression R/V bien-sûr. 

Le lieu : il nous était impératif de rester le plus près possible de Vannes, accessible en TGV. Même si la SNCF n'avait pas de billet Prem's pour ce week-end prolongé, ce qui a dû obliger certaines personnes à venir en voiture... Malgré tout, le covoiturage a bien fonctionné.

Le traiteur : nous avons choisi notre traiteur non seulement sur la base de la qualité de ses équipes, de son approche gastronomique et originale, de sa notoriété locale, de sa proximité... mais surtout Hervé Thomazo était le seul qui avait opté pour une cuisine à base de produits locaux et de saison. Par conséquent, le menu du 30 mai était un peu différent de celui de fin décembre lorsque nous avions procédé aux essais de plats. Nos palais ont découvert en même temps que nos convives les ajustements saisonniers effectués par Hervé et son équipe. 

Les fleurs : il y en a eu très très peu (bouquet de la mariée et des compositions florales épurées de type prairie à base de fleurs des champs) car les fleurs, c'est beau mais pas vraiment écolo. Donc pas de fleurs sur les tables, et des pétales de récupération pour la sortie d'église (pour le coup, c'est plus écolo que des pétales de papier !). Comme pour les plats, les fleurs étaient obligatoirement de la région et de saison. La fleuriste a aussi apprécié ma demande, car elle aime respecter ce principe. Pour limiter le nombre de fleurs, nous avons récupéré les bouts de bancs du mariage qui avait lieu juste avant le nôtre, et nous les avons emporté avec nous pour habiller l'entrée de notre salle de réception. Leur durée d'utilisation a donc été optimisée !
 





  • La décoration : elle a été faite au maximum à partir d'objets de récupération et était minimaliste et zéro plastique.  





    1. Les mobiles au centre de la table : ils ont été conçus avec des cartons récupérés dans les rues lilloises ! Ils ont été peaufinés avec des produits non nocifs que ce soit au niveau du choix des colles ou du vernis à l'eau. Les mobiles se sont ensuite transformés en bureau et meuble pour imprimante ! Aucun élément de décoration n'a été jeté !


    2. Branchages blancs : ils ont été récupérés dans le jardin de mes grands-parents. Les bambous ayant servi aux cadres viennent aussi du même jardin !


    3. Plan de table : lui aussi en carton intégralement !


    4. Les galets :non, ils ne viennent pas de Chine (comme tous ceux trouvés dans le commerce !) mais du Fier ! la rivière qui traverse Hauteville, la ville natale de Cédric ! pour ceux qui étaient au centre des mobiles, ils ornent désormais les massifs de fleurs du jardin de mes beaux-parents. Ils sont donc retournés dans leur village, pour respecter leur zone de sédimentation (eh oui, tout galet devient sable, rappelez-vous vos cours de géographie du lycée) ! Nous avons aussi choisi des galets pour indiquer les noms des invités, pour éviter la consommation de papier supplémentaire. Ces derniers ont été conservés par les invités et ils avaient été peints avec de la peinture à l'eau écolo.


    5. Les menus en ardoises : Pour éviter une fois encore de dépenser trop de papier, nous avons choisi de réaliser 2 menus uniquement par table, et de les inscrire sur des ardoises. Grâce à un stylo conçu pour, nous avons pu les effacer depuis (hormis quelques-uns conservés en souvenirs !) et nous servent depuis en art de la table. Les ardoises venaient quant à elles de Trélazé, près d'Angers : la zone de production de toutes les ardoises des toits bretons ! Hors de question d'acheter de l'ardoise chinoise ;)




    • Les cadeaux aux invités : nous avons choisi de ne pas faire de dragées par goût personnel. Nous avons donc opté pour des cadeaux plus personnels :


    1. Des petites graines d'edelweiss :symbole de pureté et d'amour et surtout des Alpes. C'est une plante peu consommatrice d'eau qui pousse sur des sols pauvres. Une coûtume alpine (au Tyrol) veut que  le fiancé offre un bouquet d'edelweiss à sa promise le jour du mariage.


    2. Des sucettes au caramel au beurre salé :Je me suis chargée de fabriquer les 119 sucettes qui se sont essaimées sur les tables. Le pic était en bois et l'emballage en papier, donc pas de plastique ;)
      La robe de mariée :  initialement, je souhaitais une robe en papier mais aucune boutique ne le permettait à Lille (à Marseille, c'était possible !). Finalement, le choix s'est porté sur un modèle Rembo Styling qui fabrique ses robes en Belgique, non loin de chez nous (et non en Chine dans les conditions sociales souvent critiques des productions des robes bon marché...). Pour son nettoyage après la cérémonie, c'est vers un pressing écologique que nous nous sommes dirigés (Pressing Nénuphar). Je n'allais quand même pas mettre des produits chimiques nocifs sur ma jolie robe ! 
      Les approvisionnements : comme nous n'avions pas de voiture, nous avons fait beaucoup de commandes par internet . Les commandes ont été, au maximum, groupées  et les livraisons en point relais ont été  privilégiées pour réduire leurs circuits de livraisons.  Dans la mesure du possible, nous avons choisi des sites internets présents dans le Nord, près de notre domicile, pour, une fois encore, limiter les distances de livraisons et la longueur de notre trace carbone ! 
      Le transport des mariés : à Hauteville sur Fier, pour notre cérémonie civile, notre carrosse était une Prius. En Bretagne, nous avons choisi de faire travailler Eole en optant pour le Sinagot (bateau traditionnel du Golfe du Morbihan) et ses voiles !
      Le voyage de noces : 
      Nous avons choisi de nous offrir une petite lune de miel de quelques jours, pour profiter de notre petit nuage de bonheur. Rien ne sert d'aller bien loin quand on est dans le Golfe du Morbihan pour trouver un endroit paradisiaque : Belle-Ile s'offrait à nous ;)
      Pour le grand voyage de noces, nous avons choisi une destination lointaine, OK, Madagascar en avion c'est pas génial...  Nous avons cependant choisi un voyagiste qui a pris à sa charge une partie de l'impact carbone (Voyageurs du Monde) et nous avons complété le geste (avec CO² Solidaire). Sur place, nous avons demandé d'être hébergé au maximum dans des eco-lodges.

      En conclusion, même si on n'a pas pu faire tout ce que l'on souhaitait, nous avons essayé de tenir compte de tous les détails possibles....

    5 commentaires:

    1. Au final, il n'y avait que la témoin qui n'était pas écolo ! ;)

      RépondreSupprimer
    2. Nicolas le jardinier3 juin 2010 à 16:18

      6 pots d'edelweiss récupérés : ça n'a rien donné, ils sont tous morts (peut être trop d'eau ...) :(

      RépondreSupprimer
    3. Pfff, je me suis fait piquer le mien... suis sûre qu'il se serait mieux porté chez moi ! ;)

      RépondreSupprimer
    4. Bonjour, je viens de lire votre blog sur votre mariage écologique. Pourriez-vous me dire si vous étiez satisfaite du nettoyage de votre robe de mariée par le pressing écologique que vous citez. J'envisage de passer par eux pour faire nettoyer ma robe en soie sauvage et j'aimerais savoir si tout s'est bien passé pour vous. Merci d'avance pour votre réponse.

      RépondreSupprimer
    5. Bonjour, merci de votre commentaire : j'ai été très satisfaite du nettoyage réalisé sur ma robe ! Elle était pourtant bien sale dans le bas... il reste uniquement une toute petite tâche de goudron fondu qu'ils auraient pu gratter mais ils ne souhaitaient pas prendre le risque d'abîmer le tissu. Ceci-dit, ils l'ont sacrément diminuée, j'étais restée quelques minutes à saluer mes invités sur une jolie flaque de goudron fondu... oups.
      Donc oui, très satisfaite. je ne peux que recommander.
      Au plaisir de lire votre ressenti !
      Bonne journée.

      RépondreSupprimer